Tegenaria parietina
Classe des Arachnides, Ordre des Araignées
Famille des Agelenidae
Accueil
Familles
Les Thèmes
Le Jardin
Mises à jour
 
 
 
 

Cette bête se distingue visuellement par sa taille importante, ses pattes annelées et une couleur générale plutôt claire. Elle présente également 3 taches de chaque côté de la base du céphalothorax, qui peuvent être effacées avec l'âge. Attention à ne pas la confondre avec Malthonica ferruginea, plus marquée et plus petite.

Elle fréquente nos maisons, et peut d'ailleurs parfaitement cohabiter avec Tegenaria (atrica), partageant la même niche écologique. Mais dans le sud, on la trouve aussi dans la nature.

Le mâle est remarquable par ses immenses pattes qui font d'elle la plus large araignée de France.

 
La Toile
 
La Femelle
 
Le Cocon
 
Le Mâle
 
Un Jeune

 

 
Taille: 15.5mm, Toile: env 40cm Tempio Pausania, Sardaigne, Mai 2013

La Toile

 

La toile de Tegenaria parietina est tout à fait semblable à celle de Tegenaria (atrica), une large nappe construite dans un coin de mur avec une retraite marquée par une entrée circulaire.

L'animal ci-dessus a été vu dans un tumulus construit en Sardaigne il y a 3000 ans environ, fait de gros blocs et idéal pour ces animaux qui proliféraient...

Celui de gauche était classiquement dans le coin d'un mur de ferme qu'elle et ses consoeurs partageaient avec Tegenaria (atrica).
 

Taille: 15.5mm
Cissé 86, Mars 2010

 

 

La Femelle

Très jolie Tégenaire cohabitant avec la cousine
Tegenaria atrica aux pattes non annelées
vue dans une maison inhabitée d'un village du Poitou.
Taille: 15mm   /   Cissé 86, Janvier 2009

 
 

Taille: 19mm   /   Madère 1000m, Février 2009

Le Cocon
 

Le long d'une falaise verticale dans le centre de Madère on pouvait voir une toile. Elle était accompagnée d'un repaire tissé serré contre le rocher qui devait abriter un cocon et dans lequel on pouvait imaginer une bestiole...

En tripotant ce repaire avec une herbe, j'ai eu la chance de voir surgir cette magnifique araignée. Elle est venue se positionner au centre de la toile, comme une Epeire, plutôt dessous de sorte qu'on puisse la photographier au mieux. Elle est restée là très patiemment, un très beau souvenir...

Curieux comportement tout de même, nos bêtes titillées vont plutôt se cacher... J'ai l'impression que c'est une adaptation intelligente aux prédateurs que sont les lézards qui peuvent venir fouiller impunément un repaire mais non atteindre le milieu d'une toile suspensue dans le vide.

 

Taille: 19mm Madère 1000m, Février 2009

 

Le Mâle

Taille: 13mm   /   Cuisles 51, Septembre 2009

 
Animal trouvé lors de la visite d'une petite église
de Champagne... Il venait de mourir car il était
encore souple et a pu être étalé maladroitement
pour ces photos.

On distingue mal les anneaux des pattes de ce vieux mâle
et pratiquement plus les taches latérales
de son céphalothorax.
La crête de poils sur ce dernier est spectaculaire
sur l'agrandissement.

Taille: 13mm   /   Cuisles 51, Septembre 2009

 

 

 

Un Jeune
 

Jeune trouvé dans un fin cocon dans un coin de mur
à 15cm de la femelle précédente.

A noter la teinte verdâtre et les traits
juvéniles comme souvent remarquablement accentués.
Les trois taches présentes chez cette espèce
de chaque côté du céphalothorax sont très marquées.

Taille: 3.5mm
Cissé 86, Janvier 2009

 
Mise à jour le 13 Août 2015